La majoration du revenu de retraite

27 janvier 2014



Par Climerio Silva

Une main ajoute des pièces de monnaie à la dernière pile d'une série de 4 piles de monnaie

Accroître les liquidités de retraite avec une stratégie fiscalement avantageuse

Le concept de majoration du revenu de retraite est une stratégie permettant l’accumulation de capital de manière avantageuse sur le plan fiscal dans une police d’assurance-vie permanente. La capitalisation de cette somme à l’abri de l’impôt peut ultimement être retirée et être utilisée comme une source de revenu supplémentaire à la retraite.

À qui s’adresse cette stratégie

La stratégie est recommandée pour les gens qui

  • versent déjà les cotisations maximales aux régimes d’épargnes réglementaires (régimes à prestations déterminées, régimes à cotisations déterminées, REER, régimes à participation différée aux bénéfices et CELI);
  • ont un besoin à combler en assurance-vie;
  • souhaitent augmenter leur revenu de retraite potentiel;

  • veulent diminuer l’impôt qu’ils paient actuellement sur leurs revenus de placement;
  • ont un minimum de dettes;
  • aimeraient accroître leur valeur nette.

Pourquoi y recourir

La planification de retraite se base principalement sur les régimes réglementaires énumérés plus haut. Est-ce que le revenu que vous pourrez tirer de ces régimes sera suffisant à la retraite afin d’avoir un rythme de vie qui vous convient?

Plafonds de cotisation des régimes de retraite réglementaires

Les régimes réglementaires imposent des plafonds de cotisations et donc, des limites au revenu de retraite qui pourra être versé. Effectivement, les cotisations à un REER sont limitées à 18 % du revenu annuel, mais également à un plafond de revenus admissibles qui était, en 2013, de 132 133 $. Si une personne gagne un revenu plus élevé que celui-ci, elle ne peut cotiser au REER pour la portion supplémentaire de ce revenu. Pour le CELI, depuis 2013, les cotisations maximales sont de 5 500 $ par année.

Comme l’illustre l’image suivante, le revenu excédentaire au plafond de cotisation REER imposé par la loi servira aux cotisations CELI qui sont également limitées; pour le reste, il est possible d’investir dans des placements non enregistrés où la croissance y est imposable annuellement.

Cotisations à des placements non enregistrés

L’assurance-vie permanente devient alors un outil intéressant pour la capitalisation d’une valeur en espèces, sans avoir à payer d’impôt jusqu’à ce que la valeur en espèces (ou valeur de rachat) soit retirée de la police. Donc plutôt que d’investir dans des placements traditionnels imposables, pourquoi ne pas investir dans une assurance-vie exonérée d’impôt? En voici les avantages :

  • La valeur de rachat de la police se capitalise dans un contexte fiscalement avantageux;
  • À la retraite, l’accès à la valeur de rachat permet d’augmenter le revenu;
  • L’impôt payable annuellement est diminué;
  • Au décès de l’assuré, les bénéficiaires désignés recevront la prestation restante en franchise d’impôt.

Lorsque le moment de retirer la valeur de rachat de la police viendra, 3 méthodes seront possibles :

  • l’emprunt garanti;
  • le rachat partiel de la valeur de rachat;
  • l’avance sur police.

Ces 3 méthodes ont des incidences fiscales différentes. Il y aura généralement imposition sur l’année du retrait des fonds pour le rachat partiel et l’avance sur police. Selon la loi canadienne, céder l’assurance-vie en garantie d’un emprunt n’est cependant pas imposable. L’emprunt garanti pourrait donc être une bonne option, tout dépendant des taux en vigueur à ce moment.

En conclusion

Voici donc la stratégie tout indiquée si vous cherchez des moyens de capitaliser à l’abri de l’impôt, une fois

  • que vos cotisations REER sont maximisées;
  • que vous avez contribué au CELI jusqu’à concurrence du plafond annuel;
  • que vous vous trouvez dans une tranche d’imposition élevée et que vous souhaitez réduire l’imposition sur les gains générés sur vos placements hors-REER;
  • que vous avez majoré vos revenus de retraite de façon fiscalement avantageuse tout en maximisant votre patrimoine en cas de décès prématuré.

Il est important de comprendre que ce type de stratégie n’est pas un substitut aux régimes réglementaires, mais bien un complément. Bien que le concept semble très avantageux, il devient d’autant plus intéressant pour les personnes ayant pris tous leurs droits de cotisation.

Si c’est votre cas et que vous aimeriez mettre en place cette stratégie, communiquez avec moi : il me fera plaisir de vous conseiller et de vous aider à vivre une retraite confortable.