Votre employé est courtisé par la concurrence?

10 décembre 2013



Par Eric Picard

Un employé en course, mallette à la main, laisse dans son sillon des documents, des statistiques, des contacts téléphoniques et un horaire

Votre employé vous avise qu’un concurrent lui offre un meilleur salaire et qu’il envisage de vous quitter? Comme tout bon employeur, vous lui faites une contre-offre afin de le conserver au sein de votre entreprise. Bon ou mauvais coup de votre part?

Lorsque vous faites cette contre-offre à votre employé, vous lui lancez le message suivant : « Je ne t’aurais pas augmenté, mais comme je n’ai pas le choix et que ton départ me causerait des problèmes, je préfère t’offrir plus d’argent. »

Voilà ce que l’employé retire de votre contre-proposition. Il sait très bien qu’au fond, vous n’avez pas plus de reconnaissance pour son travail aujourd’hui que vous en aviez la veille. Vous voulez éviter la charge de travail que son départ vous incomberait. S’il accepte votre offre, cela aura un impact positif sur son travail pendant 3 à 4 semaines. Par la suite, lorsque son niveau de vie sera ajusté à son nouveau salaire, tout redeviendra comme avant et l’employé ne se sentira pas plus reconnu par son employeur, alors vous reviendrez à la case départ et ce dernier sera de nouveau à l’affût des offres de la concurrence.

Tout employé a un besoin de reconnaissance au sein de l’entreprise pour laquelle il travaille et encore plus de la part de son supérieur immédiat. Cette reconnaissance peut s’effectuer de manière qualitative ou quantitative, donc l’employeur doit faire preuve d’imagination. De plus, vous devez vous assurer que l’employé a une rémunération correspondante à celle offerte sur le marché. Lorsque vous avez des doutes, des études de comparables salariaux peuvent être effectuées par une firme en ressources humaines et ainsi valider si vos salaires correspondent au marché.

Votre rôle, en tant qu’employeur, est que vos éléments les meilleurs et les plus importants de votre organisation restent au sein de votre entreprise. Pour ce faire, vous devez être proactif et augmenter le salaire avant que la concurrence vienne cogner à votre porte. Vous devez aussi et surtout connaître les motivations de vos employés, car elles sont différentes d’une personne à l’autre, par exemple : l’atmosphère de travail, l’allocation pour un véhicule, le salaire, la notoriété de l’entreprise, l’assurance collective, un compte de dépenses discrétionnaires, un horaire de travail flexible, etc. C’est pour cela qu’une appréciation de rendement bien effectuée peut vous amener beaucoup d’informations et ainsi mieux définir comment conserver vos bons éléments.

L’élément à retenir : Soyez proactif!