Comment contrôler les coûts de votre plan d’assurance collective

26 février 2014



Par David Lévesque

Collectivité

En tant qu’administrateur du régime d’assurance collective d’une entreprise ou d’une association, il est important de bien comprendre ce qui affecte les coûts du régime et de quelle façon vous pouvez réduire les hausses de coûts lors du renouvellement.

Avant de s’aventurer dans ce qui peut vous permettre de faire des économies, commençons par voir quelles garanties peuvent affecter la tarification des régimes collectifs.

Types de garanties

À la base, il y a 2 types de garanties dans un régime d’assurance collective : les garanties mises en commun et les garanties à expérience. Les garanties mises en commun sont entièrement assumées par l’assureur, tandis que les garanties à expérience sont tarifiées en fonction de l’utilisation du groupe. Ces garanties comprennent habituellement l’invalidité de courte durée, l’assurance-médicaments, les soins paramédicaux et les soins dentaires. C’est donc ces dernières garanties qui peuvent influencer grandement les coûts d’un plan d’assurance collective.

Moyens de contrôle

Substituer des médicaments d’origine par un médicament générique

Les médicaments génériques sont des copies des médicaments d’origine qui deviennent en vente à la fin du brevet d’un médicament d’origine. Le prix du médicament générique est contrôlé et est environ 30 % moins cher que le médicament d’origine, ce qui représente déjà une économie importante.

Instaurer une franchise par ordonnance pour les médicaments

Les franchises par ordonnance font en sorte que les premiers dollars payés à la pharmacie pour une ordonnance sont payés par le client et non par l’assureur. Ce genre de méthode agit souvent à titre de ticket modérateur et fait alors en sorte que de petites réclamations pour des médicaments parfois vendus sur les tablettes ne sont alors pas réclamés à l’assureur. Dans cette situation, moins de réclamations signifie moins de chances d’avoir une augmentation lors du renouvellement.

Instaurer un maximum combiné ou un maximum par professionnel pour les soins paramédicaux

Si votre régime n’a pas de maximum par profession, certains participants pourraient réclamer un montant considérable d’un seul professionnel ou d’une combinaison de professionnels. De ce fait, cela peut faire monter le montant de réclamation pour une catégorie de professionnels donnée. Par contre, lorsqu’on impose un maximum, on peut le faire par visite ou par professionnel, pour éviter de faire exploser les montants de réclamation.

Appliquer un ticket modérateur ou une franchise par réclamation ou par visite

Ce genre de mesure a pour incidence que les premiers dollars par visite ou par ordonnance de médicaments seront déboursés par le participant du régime et non par l’assureur. Puisque ce coût n’est pas défrayé par l’assureur, ceci fait baisser les primes du groupe et de l’employeur.

Mettre en place un programme d’aide aux employés

Un programme d’aide aux employés sert à encadrer rapidement les employés qui nécessiteraient une assistance psychologique, juridique ou autre. En instaurant ce genre de programme, on vise à améliorer la productivité des employés et aussi à leur apporter un meilleur support, ce qui permet d’éviter des réclamations en assurance invalidité de courte durée.

Offrir la couverture pour les services diagnostiques

Vous me direz que c’est un peu contradictoire de vouloir économiser des coûts en offrant des couvertures supplémentaires, ce qui peut également représenter des réclamations supplémentaires. Par contre, les services diagnostiques peuvent nous permettre d’aller beaucoup plus loin si on voit par-dessus la prime à payer à court terme. Les services diagnostiques permettent en réalité d’avoir un bilan de santé, mais surtout de passer des tests dans le système privé sur pré-approbation de l’assureur. Lorsque le tout est inclus, cela permet donc à un employé de passer ses tests beaucoup plus rapidement et le tout sur rendez-vous, à une heure précise qui est habituellement respectée, contrairement à ce qu’on peut voir dans notre système de santé publique. De ce fait, on accélère les délais de prise en charge lorsqu’une maladie est malheureusement découverte. De plus, on réduit les absences au travail, ce qui, en bout de ligne, permet une économie.

Avoir une bonne relation/communication avec votre représentant

Il est important d’avoir une bonne relation avec votre représentant en assurance collective puisqu’il est l’expert lorsque vient le temps de revoir votre régime et de négocier le tout. Un des éléments importants à lui communiquer, c’est le départ d’une personne qui, en raison d’une condition de santé, nécessitait une grande consommation de médicaments. Souvent, ce genre de situation est connu des gestionnaires de régime, surtout dans une PME.

À ce moment, le représentant peut discuter de cette situation avec l’assureur afin que l’impact des réclamations de cette personne soit amoindri en raison de son départ ou d’un rétablissement des suites d’une maladie, etc.

En conclusion

Votre conseiller en assurance-collective est la meilleure personne pour vous aider à repérer les éléments qui peuvent potentiellement vous aider à économiser d’importantes sommes dans vos régimes d’assurances collectives. De plus, peu importe le volume de votre plan, ces moyens peuvent vous permettre d’économiser, que vous soyez employé ou employeur.